Se Recentrer sur Soi pour Cultiver ses Rêves et Vivre de ses Passions

Après une retraite dans le Vercors, Katia décide de changer de vie. Il lui faut rompre avec le passé pour se retrouver. Elle démissionne et emprunte un nouveau chemin : une introspection douloureuse mais nécessaire pour se réaligner et se reconnecter pleinement au monde.

Bonjour Katia et bienvenue, pourrais-tu te présenter s’il te plait ? 

Bonjour ! J’ai 47 ans et l’impression d’avoir vécu plusieurs vies. Mon parcours ressemble à un voyage aux multiples destinations.

Je suis chez moi là où je suis. La langue française est aussi ma maison et, pour jouer avec les mots, l’encre est pour moi une ancre.

Que faisais-tu avant de devenir rédactrice web SEO et copywriter ?

Avant d’embrasser cette nouvelle carrière, j’ai été chercheuse en histoire culturelle puis enseignante en littératures francophones et en français langue étrangère dans plusieurs universités (Paris, Québec, Londres, Oxford, Genève). 

Pourquoi avoir décidé de changer de métier et t’être lancée dans cette nouvelle aventure ? Quel a été ton déclic ? 

À l’approche de la quarantaine, je réussissais dans ma carrière universitaire, pourtant je ne trouvais plus vraiment de sens à ma profession. Je me sentais un peu éteinte, amère parfois. Je me voyais comme coincée dans mon université aux allures de cage dorée au bord du beau lac Léman.

À côté de cela, je rêvais de me réinventer. Je cherchais des issues. J’envisageais tour à tour de devenir esthéticienne, herboriste, conservatrice de musée, orthophoniste, nez, fleuriste, pâtissière… Je passais beaucoup de temps à imaginer d’autres existences, à lire des romans de transformation, comme L’Homme qui voulait vivre sa vie de Douglas Kennedy.

Toutes ces envies se résumaient en fait à UNE envie : être libre de mes mouvements et respirer l’air frais à plein poumons.

Durant l’été 2013, j’ai fait une retraite Vipassana dans le Vercors : sept jours sans prononcer un mot, dans une ambiance monacale. Je faisais déjà de la méditation de pleine conscience (MBSR) et j’avais envie d’aller plus loin. Plongée dans un métier de parole permanente, j’avais besoin de silence et d’introspection pour faire taire le vacarme intérieur et extérieur. Un jour, après une matinée de méditation assise, alors que je me promenais dans un pré, sans autre but que la promenade, j’ai su que je devais rompre avec le passé, partir, ouvrir d’autres portes.

C’était évidemment risqué de faire tomber d’un coup un échafaudage professionnel et social sagement construit depuis vingt ans. Cependant, si je ne le faisais pas, je ne saurais jamais.

Alors, je l’ai fait. J’ai démissionné quelques mois plus tard. Malgré les regards effarés, les incompréhensions, malgré les peurs intimes et les enjeux matériels. J’ai sauté dans le vide… ou le plein !

Comment as-tu vécu cette période de transition ? Quelles ont été tes difficultés ?

Ça a été formidable et assez difficile. Difficile parce que je me plaçais encore sous le joug des injonctions sociales. Malgré la liberté et la chance immense de pouvoir choisir un autre chemin, je me sentais coupable de m’être éjectée de ma carrière et j’avais l’impression de ne plus exister socialement. C’était en tous cas l’histoire que je me racontais. 

Dur aussi parce qu’une telle démarche induit forcément une introspection douloureuse : il faut tout remettre à plat, avoir le courage de se regarder en face, se donner les moyens de la résilience. Et ça, c’est peut-être le plus difficile. La pratique de la méditation a été d’une grande aide. De même que le contact avec la nature sublime.

Heureusement, je n’ai jamais été seule. Mon mari était à mes côtés, toujours aimant et bienveillant.

Cette transition a aussi été formidable à bien des égards : après ma démission, nous avons mis toutes nos affaires dans un garde-meubles pour vivre en globe-trotters cinq années durant, avec deux valises chacun. Nous avions beaucoup moins sur le plan matériel, mais tellement plus de liberté. Tous ces contacts, ces immersions dans des langues, des cosmogonies, des paysages si différents ont enrichi ma perception du monde, m’ont amenée à me développer spirituellement.

Cette liberté m’a permis de réaliser un autre rêve : ayant une grande passion pour la dégustation de grands crus de thés, j’ai suivi une formation complète en sommellerie du thé. Je suis engagée sur l’infinie « voie du thé » (chadō), source permanente d’inspiration, de beauté et d’apaisement.

Pour le plaisir, j’ai aussi tenu un blog de voyage et écrit un roman d’anticipation sur… la fin du langage ! A posteriori, il n’est pas difficile de comprendre que c’était une forme de thérapie. 

Il fallait que je trouve ma voix/voie. Pour faire la transition avec ma reconversion professionnelle dans la rédaction web et le copywriting, c’est aussi cette réflexion sur la langue qui m’a fait, plus que jamais, prendre la mesure de l’importance des mots dans nos vies.

As-tu suivi une formation pour entamer cette reconversion ? 

Un jour, alors que je naviguais sur LinkedIn en quête de pistes professionnelles, je suis tombée – grâce à la magie des algorithmes et de la sérendipité – sur un post qui parlait de la rédaction web et de la formation de Lucie Rondelet. Je n’ai pas beaucoup eu à réfléchir et mon intuition a fait tout le travail ! J’ai tout de suite senti chez Lucie un sérieux, une authenticité ainsi qu’un grand sens de la communication qui m’ont donné envie de la suivre. Bref, deux mois après, je commençais la formation Origami et entamais un nouveau chapitre professionnel jalonné d’échanges, d’accomplissement, mais surtout de joie et de plaisir ! 

Très déterminée, j’ai obtenu rapidement ma certification. Cette expérience m’a donné des ailes : j’ai retrouvé une confiance et une solidité intérieure qui m’ont permis de développer un esprit entrepreneurial basé sur l’optimisme et la volonté de contribuer à un marketing digital de qualité. 

Pour résumer, le choix et l’accomplissement de cette formation ont littéralement changé ma vie, bien au-delà de la reconversion professionnelle.

Aujourd’hui, comment gères-tu cette nouvelle vie ? Es-tu heureuse, te sens-tu alignée ? 

Je définis l’alignement comme la congruence entre nos pensées, nos ressentis, nos actes et nos paroles. Je tente de cultiver cet alignement au quotidien.

Professionnellement, cette quête d’alignement se traduit par des choix clairs : je sais ce que j’ai envie d’écrire et ce que je n’ai pas envie d’écrire. Je pense aussi connaître la qualité de mon travail et refuse les missions mal rémunérées. 

La rédaction et le copywriting de qualité exigent des compétences solides et, somme toute, assez rares, d’autant plus qu’ils sont des éléments incontournables du marketing 4.0 (je renvoie ici à l’excellent ouvrage de Philip Kotler sur le sujet) : je m’adresse donc à des entrepreneurs ou des créateurs conscients de la valeur ajoutée d’un bon contenu et pour qui le budget rédactionnel est un réel investissement participant de leur réussite. 

Le statut de freelance nous place dans une relation d’échange qui, selon moi, doit rester égalitaire. J’aime l’idée de collaborer, littéralement de « travailler avec, ensemble ».  

Je suis sélective, ce qui me permet d’être heureuse dans l’écriture ! 

L’autre volet qui me permet de « rester alignée » réside dans le sens que j’insuffle à mon activité. Je garde toujours en tête les questions du pourquoi ou plutôt du « pour quoi » et du « pour qui » j’écris.

Je réfléchis en permanence à la manière de pratiquer et développer un copywriting fidèle aux valeurs du marketing humain et éthique que je vois, avec bonheur, fleurir ici et là. À l’inverse, le copywriting agressif et lourd qui réveille les pulsions et les émotions négatives de la psyché pour générer du profit me fait fuir (en tant que rédactrice, consommatrice et surtout être humain). 

J’ai envie, grâce aux mots, de créer du bien-être, des sourires, de l’envie de vivre, de la qualité, de la beauté surtout. Je souhaite m’adresser aux neurones du cœur, susciter la joie, la gratitude, l’émerveillement, l’inspiration, le réconfort, l’optimisme, l’élévation… Je veux insuffler de l’énergie yin dans l’univers très yang du business. 

J’aime aussi l’idée d’aider les femmes à trouver leur voix ou, plus généralement, de forger une écriture convaincante, mais aussi élégante et surtout créative pour le storytelling ou le branding par exemple.

Certes toutes ces « techniques » rédactionnelles visent à sublimer les idées, à faire passer un message, à influencer le client, à l’orienter vers tel ou tel produit, à faire apparaître tel ou tel texte dans les premières positions de Google, mais l’écriture reste pour moi un acte créatif. À quoi sert d’écrire des textes de vente si ce n’est pour faire œuvre utile, contribuer à faire connaître des personnes authentiques, à promouvoir des produits, des formations ou des projets également porteurs de valeurs positives ?

Je pense sincèrement que l’on peut contribuer à un monde meilleur en étant attentif à l’information que nous transmettons, aux mots que nous utilisons pour décrire les choses et pour entrer en communication avec les autres.

Plus fondamentalement, je suis convaincue que le langage a une influence et un pouvoir considérables sur nos perceptions, nos pensées, nos comportements, nos relations et, en fin de compte, notre vie et notre bonheur.

Donc, oui, je me sens profondément alignée et heureuse aujourd’hui ! 

En tant qu’entrepreneure, quels conseils donnerais-tu à une personne en quête de sens qui souhaite se lancer ? 

Encore une fois, je me poserais d’abord la question du « pour quoi ». Pour quoi ai-je envie de me lancer dans telle ou telle aventure ? Si c’est simplement pour avoir des résultats matériels, à mon avis ce n’est pas bonne voie. Si l’on croit savoir exactement où l’on veut arriver avant même d’être parti, il faut peut-être s’interroger : selon la formule très connue et si juste, ce que l’on fait du voyage compte bien plus que la destination. Cela vaut pour la reconversion professionnelle.

D’ailleurs, le plus souvent, le sens profond se trouve en chemin. Comme dans le processus d’écriture d’un livre, l’histoire se déroule au fur et à mesure, sans que l’on ait besoin de connaître tous les détails en amont. Ce qui est fantastique, voire magique, ce sont les imprévus, les rencontres, les déviations et même les accidents de parcours qui permettent de progresser. 

Par ailleurs, on parle beaucoup de « loi d’attraction » en ce moment. Au-delà de la dimension quantique à laquelle elle se réfère, il est absolument évident que rien ne tombe du ciel et que seules nos actions engendrent des réactions, des rencontres, des idées, des déclics, des vibrations.

Il faut donc se mettre en mouvement, changer ses habitudes, ses pensées, dézinguer les blocages, traverser les peurs, sortir des cadres si l’on veut voir changer sa vie.  

Il est vain d’espérer des solutions extérieures. La volonté de transformation nous appartient. La réussite vient essentiellement de la part de soi que l’on investit dans l’apprentissage, quelle que soit la qualité du formateur. 

J’ajouterai à cet égard que le désir de perfection est illusoire : mieux vaut avancer imparfait que rester bloqué en attendant le moment parfait.

Enfin, à mes yeux, la dimension ludique, créative, joyeuse, enfantine de la vie est indispensable : cela apporte beaucoup de bonheur de ne pas trop se prendre au sérieux, de garder de la souplesse dans ses idées, de puiser dans des sources d’inspirations toujours renouvelées, de s’intéresser au parcours de personnes que l’on admire, de se plonger dans de belles histoires, de ne jamais cesser d’apprendre, lire, regarder, sentir, s’émerveiller, rire, imaginer, inventer… 

J’aimerais dire, en conclusion, que tout ce que j’ai partagé ici ne sont que des pensées tirées de mon expérience. Peut-être vous auront-elles inspirés ? Mais je ne détiens aucune vérité et je me méfie des certitudes.

Le doute et l’impermanence sont des éléments essentiels du cœur en fusion de nos existences. 

Katia

Passe à l'action!

No items found.

Sur le même thème

Comment Trouver son Ikigai : La Méthode pour Définir sa Raison d'Être
Équilibre et Bien-être

Comment Trouver son Ikigai : La Méthode pour Définir sa Raison d'Être

October 25, 2021
Comment Avoir Confiance En Soi ? 6 Exercices Pour la Retrouver
Équilibre et Bien-être

Comment Avoir Confiance En Soi ? 6 Exercices Pour la Retrouver

October 11, 2021
Burnout Symptômes : 6 Signes Qui Doivent t’Alerter
Équilibre et Bien-être

Burnout Symptômes : 6 Signes Qui Doivent t’Alerter

October 4, 2021
Retour au Webzine